Le Cinematographe
Le Cinématographe
Le Cinematographe

COLLÈGE AU CINÉMA

Moonrise Kingdom

de Wes Anderson



USA, 2012, 1h34, VOSTF
avec Edward Norton, Frances McDormand, Bill Murray, Tilda Swinton

Sur une île au large de la Nouvelle-Angleterre, au cœur de l’été 1965, Suzy et Sam, douze ans, tombent amoureux, concluent un pacte secret et s’enfuient ensemble. Alors que chacun se mobilise pour les retrouver, une violente tempête s’approche des côtes et va bouleverser davantage encore la vie de la communauté. La découverte du sentiment amoureux mais aussi l’opposition entre le monde des enfants et celui des adultes sont au cœur de ce film très graphique - comme toujours chez Wes Anderson - porté par une bande-originale envoûtante signée Alexandre Desplat.

Tomber amoureux et partir à l'aventure, c'est un seul et même mouvement pour Sam et Suzy. Ils se connaissent à peine mais ont décidé de fuguer ensemble, parce qu'un coup de foudre les a réunis, un an auparavant. Sur l'île imaginaire de New Penzance, lui en habits de scout, elle dans sa robe rose pâle avec col Claudine, ils zigzaguent entre les mélancolies des adultes et luttent contre leur propre inquiétude. Le film leur tisse un écrin où la minutie ordonnatrice de la mise en scène laisse entrer les multiples courants d'air d'une histoire où l'on campe dehors, pêche des tortues et survit à une tempête diluvienne. Foisonnant de traits burlesques et d'abymes dépressives, porté par une esthétique sophistiquée et néanmoins bricoleuse, traversé par des choeurs d'enfants de Benjamin Britten, Moonrise Kingdom est un délice doux-amer et une discrète somme poétique de l'art de Wes Anderson. Cyril Béghin - dossier enseignant Collège au Cinéma

"Fuir la tristesse et l’ennui des adultes, partir à la poursuite du tête-à-tête magique, sur fond de météo menaçante : comme conteur, Wes Anderson ne cesse de s’affûter. À travers le branle-bas de combat déclenché sur l’île par la disparition des deux pré-ados, il parvient à faire exister toute une flopée de personnages tragi-comiques, joués, profil bas, par des stars." Louis Guichard, Télérama (16 mai 2012)

Bande-annonce