Le Cinematographe
Le Cinématographe
Le Cinematographe

Archives 2001-2011

LA COQUILLE ET LE CLERGYMAN

de Germaine Dulac


PROGRAMMATION MARS 2008

France, 1928, 17 min, muet
Avec Alex Allin, Genica Athanasiou, Lucien Bataille

LA COQUILLE ET LE CLERGYMAN
Sur un scénario d’Antonin Artaud, ce film conte l’histoire d’un clergyman tombé follement amoureux d'une très belle femme, mais qui doit vaincre un rival, tout aussi empressé.

« Tout mon effort a été de rechercher dans l’action du scénario d’Antonin Artaud les points harmoniques, et de les relier entre eux par des rythmes étudiés et composés. Tel par exemple le début du film où chaque expression, chaque mouvement du clergyman sont mesurés selon le rythme des verres qui se brisent ; tel aussi la série des portes qui s’ouvrent et se referment, et aussi le nombre des images ordonnant le sens de ces portes qui se confondent en battements contrariés dans une mesure de 1 à 8.
Il existe deux sortes de rythmes. Le rythme de l’image, et le rythme des images, c’est-à-dire qu’un geste doit avoir une longueur correspondant à la valeur harmonique de l’expression et dépendant du rythme qui précède ou qui suit : rythme dans l’image. Puis rythme des images : accord de plusieurs harmonies. Je puis dire que pas une image du Clergyman n’a été livrée au hasard. »
Germaine Dulac, Rythme et technique, FilmLiga, 1928

« Ne prend-elle pas des risques en mettant en images un scénario écrit par Antonin Artaud, La coquille et le Clergyman ? Chacun habité par sa propre vision du monde et sa façon de le traduire, le résultat ne pouvait être que conflictuel. Il l’est lorsque le film sort, le 9 février 1928, au studio des Ursulines, haut-lieu de l’avant-garde cinématographique d’alors.
Les surréalistes, venus soutenir Artaud, font un joli chahut, agrémenté d’insultes du genre « Germaine Dulac est une vache ». Quant aux autres spectateurs, ils sont déroutés par cette œuvre de 20 minutes où les « idées et les sensations doivent naître de la seule suggestion des images ». Et Germaine Dulac de préciser « Ce film ne raconte pas une histoire, mais développe une suite d’états d’esprit qui se déduisent les uns des autres. Comme la pensée se déduit de la pensée, sans que cettpensée reproduise la suite raisonnable de faits.

SEANCES

Jeudi 27 mars à 21h
Samedi 29 mars à 21h

FILM DIFFUSÉ AVEC UN CHIEN ANDALOU