Le Cinematographe
Le Cinématographe
Le Cinematographe

LA SÉANCE DES CINÉ SUP'

Les Contes de la lune vague après la pluie (Ugetsu Monogatari)

de Kenji Mizoguchi



Japon, 1953, 1h37, VOSTF
avec Machiko Kyô, Masayuki Mori
NUM, version restaurée

Les Contes de la lune vague après la pluie (Ugetsu Monogatari)
Entre 1950 (Le Destin de Madame Yuki) et 1956 (La Rue de la honte, achevé l’année de sa disparition), Kenji Mizoguchi livra douze films et autant de chefs d’œuvre. C’est à l’heure de cette consécration tardive pour le cinéaste japonais que Les Contes de la lune vague après la pluie sont récompensés en 1953 par un Lion d’Argent à Venise. Si le génie de Mizoguchi éclate, il met surtout dans l’embarras ses plus fervents commentateurs (Godard, Douchet, Chabrol) de trouver les mots justes pour traduire l’équation réglant le rapport entre la puissance et la subtilité de sa mise en scène. Parabole sur les apparences et l’irrépressible ambition des hommes, Les Contes de la lune vague après la pluie épure la tension pour mieux creuser la dimension philosophique d’un drame où les personnages pensent sauver leur existence en poursuivant des chimères. Ici, les effets et artifices sont dissouts par la poignante vision qui les convoque : notre émerveillement est proportionnel à l’implacable révélation du film. Avec Mizoguchi, les choses ne sont jamais séparables. Le néant, la perte sont déjà visibles dans le plan (l’espace) même où nous avons vu passer les choses exister avec une intensité sans secours.

Séance unique

- - mardi 1/03 20:30