Le Cinematographe
Le Cinématographe
Le Cinematographe

LA SÉANCE DES CINÉ SUP'

Numéro Zéro

de Jean Eustache


LA SÉANCE DES CINÉ SUP' • 2011/2012

France, 1971, 1h50, documentaire
Avec Odette Robert, Jean Eustache, Boris Eustache

Numéro Zéro
II s'agit d'une traversée du temps par une femme âgée, Odette Robert, la grand-mère du cinéaste. Film-entretien de près de deux heures dans lequel Odette fait le récit de son vécu à son petit fils qui la filme en continu. Le film fut remonté dans une version de 54 minutes sous le titre Odette Robert, pour la télévision, diffusé en 1980, mais non souhaitée par le cinéaste.

"J'ai appelé ce film
Numéro Zéro pour montrer que non seulement je partais à zéro, mais que je considérais qu'avant, en ce que j'avais fait, je m'étais trompé."
Jean Eustache, Image et son n°250, mai 1971

"Numéro zéro, c’est le socle, le film d’avant la naissance officielle et publique de Jean Eustache (ce sera La Maman et la putain). Le numéro secret. La clé. La vie d’Odette Robert est un roman (Balzac ?). L’histoire de ”Numéro zéro” aussi."
Philippe Azoury, Libération

"Numéro zéro est un peu le niveau zéro du cinéma selon Eustache, son équation première : pour faire un film, il suffit d'une personne qui raconte une histoire à une autre.
(…)C'est toujours ça, le cinéma d'Eustache : des personnages s'assoient face à la caméra et déversent dans une hémorragie de paroles leur vie, leurs sentiments, leurs impressions, leur difficulté à être. On pense bien sur aux magnifiques monologues de Françoise Brun dans
La Maman et la Putain, ou la figure omniprésente de celui qui raconte des histoires : Mickael Lonsdale dans une Sale Histoire, Jean-Noel Picq dans La Maman… et Mes petites amoureuses, Jean-Pierre Léaud dans Le Père Noël a les yeux bleus. Il y a véritablement une dimension vitale et pulsionnelle dans la parole, comme source du cinéma ou de la vie même, puisque Eustache refuse de séparer les deux."
Laurence Reymond, www.fluctuat.net

"Numéro zéro est à rapprocher de La Rosière de Pessac, auquel il fait d’ailleurs allusion : portrait d’une France oubliée, ou en cours de l’être, enregistrement brut, non concerté, documentaire. C’est aussi le complément dénudé de Mes petites amoureuses : cette grand-mère qui a élevé Jean sera à son tour recueillie par lui. En fait, on est déjà proche des derniers gestes de cinéma (Les Photos d’Alix et Une Sale histoire) par l’étrange radicalité du dispositif. «Dispositif» n’est d’ailleurs pas vraiment l’expression juste. Il s’agit bien davantage d’une mise en scène dont les artifices sont si voyants (le clap), si explicites (Odette Robert elle-même se considère en scène : "J’étais bien dans la lumière ?") qu’ils s’évanouissent d’eux-mêmes, naturellement."
Jean-Philippe Tessé, www.chronicart.com

Séances

Mardi 13 décembre 2011 à 20:30
Dimanche 18 décembre 2011 à 18:30