Le Cinematographe
Le Cinématographe
Le Cinematographe

TU-NANTES

Symbol (Shinboru)

de Hitoshi Matsumoto



Japon, 2009, 1h33, VOSTF
avec Hitoshi Matsumoto, Luis Accinelli, Jorge Diaz
NUM

Symbol (Shinboru)
// CARTE BLANCHE AU COLLECTIF FRAG
Dans son seule en scène, la comédienne et metteuse en scène Marion Thomas nous téléporte en 2050, dans un monde où les océans ont monté de trois mètres et les températures de trois degrés, où les animaux ont presque tous disparu et nous propose une cure d’imagination où êtres humains, machines et animaux fabriquent un espace commun libérateur. Répondant à l'invitation du Cinématographe et du TU-Nantes, Marion Thomas et le collectif FRAG ont choisi une sélection de films qui fait écho à cette création.
> "Nous sommes les amazones du futur", du 22 au 25 février 2022 à 20:00 au TU-Nantes

"En 2009, le comique japonais hors case Hitoshi Matsumoto signe son deuxième long métrage : Symbol. Après Big Man Japan, il invente une forme de film concept encore plus radicale, qui emprunte une nouvelle fois aux jeux vidéo et à l’art surréaliste. Toujours aussi perché, Symbol se partage entre une histoire de catcheur mexicain dans la mouise – totalement inattendue dans une production nippone – et une sorte d’installation gag audiovisuelle. Dans cette seconde entrée du film, Matsumoto en personne incarne un personnage ridicule et anonyme, vêtu d’un pyjama à pois et prisonnier d’une chambre blanche aux murs tapissés d’interrupteurs en forme de petits sexes d’anges. Chaque pression sur un "interrupteur" va déclencher un gag, une apparition, un danger, une histoire devant un Matsumoto à la fois spectateur et acteur de son propre film. Tandis que Big Man Japan faisait l’apologie d’un cinéma impur, perméable à toutes les intrusions esthétiques et narratives, Symbol est un exemple rare de cinéma pur et de comédie expérimentale, qui relie les audaces du cinéma burlesque muet et de l’art contemporain." - Olivier Père, Arte

Séance unique

- - dimanche 20/02 18:00 > séance présentée par Marion Thomas et Maxime Devige