Le Cinematographe
Le Cinématographe
Le Cinematographe

CINÉMA D'HIER ET AUJOURD'HUI

Bianca

de Nanni Moretti



Italie, 1984, 1h38, VOSTF
avec Nanni Moretti, Laura Morante
NUM, version restaurée

Bianca
Michele Apicella est un professeur de mathématiques fraîchement muté au lycée Marylin Monroe, établissement qui revendique des méthodes d’enseignement alternatives, pour ne pas dire franchement bizarres. Tandis que Michele se livre à ses activités favorites dans son nouvel environnement (espionner ses voisins, intervenir jusque dans leur vie de couple), des meurtres sont commis, et la police commence à s’intéresser de près à l’étrange professeur. Un film au mouvement étrange, qui commence comme une farce débridée puis lorgne vers le noir.

"... Moretti est dans la lignée Tati, dont il a d'ailleurs l'élégance froide et le burlesque ému. Si ses films ont un tel écho en Italie, c'est à mon sens parce qu'il reformule pour un public nouveau (celui qui se reconnaît spontanément dans Woody Allen) les vieux paramètres de la comédie à l'italienne. Ce n'est plus l'individu comme variante à l'intérieur du groupe qui est comique (comme chez Monicelli, Risi, etc...), c'est le groupe improbable que constitue le réseau des individus." Serge Daney, Libération (fév 1986)

"Il y a en Italie une expression consacrée qui dit : "C'est un film divertissant qui fait aussi penser". Ce n'est pas du tout le cas de Bianca, je ne tiens absolument pas à cette définition. Quand un film est strictement comique, la nature des rapports qu'il entretient avec le public est tout à fait d'un autre type. Même chose si c'est un film qui ne fait que donner à penser. Bianca, ce n'est pas ça du tout : c'est un film parfois divertissant qui fait aussi souffrir." Nanni Moretti, dans Libération (avril 1986)

Séances

- - lundi 26/08 20:30 - - samedi 31/08 17:00 - - lundi 2/09 18:30 - - vendredi 6/09 16:15

Dossier de presse


Bande-annonce