Le Cinematographe
Le Cinématographe
Le Cinematographe

JEAN COCTEAU

Le Sang d'un poète

de Jean Cocteau



France, 1930, 55 min
avec Enrique Rivero, Elizabeth Lee Miller, Feral Benga
35 mm

Le Sang d'un poète
Dans le studio d’un artiste, une statue s’anime et ses lèvres s’impriment dans la main de l’artiste qui commence un étrange périple… Cocteau y vit une sorte d’auto-portrait, réalisé en toute liberté, où il put utiliser toutes les techniques et trucages que permet le cinéma pour créer un "documentaire réaliste d’événements irréels". Mais tourné presque en même temps que L’Âge d’or de Buñuel, financé par le même richissime vicomte, il fut assimilé aux films surréalistes, ce que refusa toujours Cocteau, et encore plus les surréalistes dont Ado Kyrou, qui parle du film de Cocteau comme d’"une pâle copie de l’avant-garde", voire même de "petite bêtise". Même si la séquence sur la bourgeoisie scandalisa le financeur...


Séances

- - dimanche 10/10 14:15 - - samedi 16/10 16:15 - - jeudi 21/10 21:00 *

*
précédé de Un chant d'amour de Jean Genet
(France, 1950, 25 min • 35 mm)
Dans une prison, des corps d’hommes longuement filmés, une sexualité frustrée, une érotisation exacerbée, détenus comme gardiens... Une lenteur somptueuse. Le seul film réalisé par Jean Genet et qui fut une référence dans les milieux underground américains des années 60. Non présenté à la censure en 1950 (il aurait été refusé) il la passa en 1975 mais, à cause d’un désaccord avec le producteur, Genet s’opposa à sa sortie. Cocteau fut assistant à l’image mais n’est pas crédité