Le Cinematographe
Le Cinématographe
Le Cinematographe

CINÉMA D'HIER ET AUJOURD'HUI

Le Tigre du Bengale (Der Tiger von Eschnapur)

de Fritz Lang



France, Italie, Allemagne, 1959, 1h41, VOSTF
avec Paul Hubschmid, Debra Paget, Walter Reyer
NUM, version restaurée

Le Tigre du Bengale (Der Tiger von Eschnapur)
Dans l’Inde du XXème siècle, un architecte occidental invité par un maharadjah sauve la vie d’une danseuse que ce maharadjah veut épouser... Rentrant en Allemagne après vingt-six ans d’exil, Fritz Lang refuse tous les sujets "allemands" et revient à un sujet travaillé dans les années 20 avec son épouse d’alors, et qu’il n’avait pas pu tourner. Combinant les plans en studio et au Radjasthan, avec un budget respectable, il réalise un film spectaculaire, grand public et soigné, s’attachant à fignoler des morceaux de bravoure restés célèbres. Très mal accueilli en Allemagne, le film fut sauvé par la Nouvelle Vague française qui y reconnut la patte du maître et des réminiscences visuelles de ses anciens films, de Metropolis à Moonfleet.

"En 1956, Lang regarde de nouveau vers l'Inde : il travaille à un scénario qui conte l'amour du Maharadja Nu-Mat et l'histoire du Taj-Mahal. Mais, ayant la possibilité de tourner enfin Le Tigre du Bengale et Le Tombeau hindou, il accepte d'assurer la mise en scène de ce film-fleuve, riche en péripéties. Lang n'est plus le jeune cinéaste visionnaire de Metropolis ou des Espions, mais un véritable philosophe, dont la profonde sagesse et la sérénité apparaissent ici dans toute leur plénitude. Ce qui frappe avant tout, c'est la beauté de ce double film, qui se déroule majestueusement, à l'image d'un fleuve dont on suit le cours, les méandres, et les obstacles naturels. On peut être surpris et dérouté par la (fausse) banalité de l'histoire et par une interprétation parfois insuffisante, mais il ne faut pas s'y tromper, le génie et le style de Lang se cachent derrière ces apparences. La mise en scène y est aussi pure et rigoureuse que dans ses oeuvres les plus prestigieuses et le charme indiscutable qui se dégage du film est en fait le fruit d'un style cinématographique suprêmement élaboré." André Moreau, Télérama

Séances

- - jeudi 29/08 18:30 - - lundi 2/09 20:30 - - jeudi 5/09 18:15 - - mercredi 11/09 16:30

Dossier de presse


Bande-annonce