Le Cinematographe
Le Cinématographe
Le Cinematographe

RÉTROSPECTIVE JACQUES PRÉVERT

Les Portes de la nuit

de Marcel Carné



France, 1946, 2h • scénario et dialogues de Prévert
avec Yves Montand, Nathalie Nattier
NUM, version restaurée

Les Portes de la nuit
Hiver 1945 à Paris, autour de la station de métro Barbès. Un ancien résistant vient, des mois après, annoncer à une femme la mort de son mari... Dominée par les décors à la fois réalistes et symboliques de Trauner, l’époque des règlements de compte d’après-guerre vue par d’un côté le Prévert caustique et ses personnages populaires truculents, et de l’autre le Prévert tragique qui aurait pu écrire "Il n’y a pas d’amour heureux". Mais cette fois le destin n’est plus à l’arrière plan, il est incarné par un clochard omniscient joueur d’harmonica. La musique de Kosma commente le tout avec des airs qui, alliés aux textes de Prévert, auront, eux, un destin fabuleux. Dernière collaboration Carné/Prévert, ce film était écrit pour le couple Gabin/Dietrich...

"Carné et Prévert rendent compte fidèlement (avec une étonnante lucidité politique) d'un après-guerre qui met en présence amis et ennemis, et prend moins des airs de victoire que de douloureuse convalescence, loin d'une réconciliation nationale rêvée. Yves Montand et Nathalie Nattier, beaux débutants, font face à une ribambelle de briscards époustouflants, tous portés par les dialogues de Prévert. Une oeuvre mythique et exemplaire." Aurélien Ferenczi

Séances

- - vendredi 31/05 18:15 - - samedi 1/06 20:45 - - vendredi 7/06 16:00

> Sous-titrage SME disponible pour les personnes sourdes ou malentendantes, nous contacter en cliquant ici
> Audiodescription disponible pour les personnes aveugles ou malvoyantes, nous contacter en cliquant ici

Extrait vidéo