Le Cinematographe
Le Cinématographe
Le Cinematographe

VOLUTES SURRÉALISTES

Lost Highway

de David Lynch



USA-France, 1997, 2h15, VOSTF • interdit -12 ans
avec Bill Pullman, Patricia Arquette, Balthazar Getty
35 mm

Lost Highway
Une maison, un couple, un interphone qui parle tout seul, une cassette vidéo anonyme qui montre au couple un lent travelling vers sa maison... Une autre cassette arrive... Va-t-on entrer et dans quoi ? Dans la tête du héros ? Schizophrénie, double personnalité, fugue psychogénique ? Pas d’analyse, des personnages en action dans une sorte de thriller très sexué. Tout est signe et rien n’a de sens. Et pourtant l’action serait presque linéaire, même si le temps s‘écoule différemment - quand apparaît l’interphone ? Des réminiscences - un homme mystérieux qui ressemble à la mort du Septième sceau. Un film fascinant à l’inquiétante étrangeté qui manipule les spectateurs et spectatrices non pas avec des recettes classiques mais en les plongeant dans un univers particulier et unique.

Séances

- - jeudi 4/11 20:30 * - - mercredi 10/11 18:00 - - samedi 13/11 14:00

*
précédé de Le Retour à la raison de Man Ray
(France, 1923, 3 min, muet • 16 mm)
Film fondateur qui aurait été commandé à Man Ray, photographe, par Tristan Tzara pour le lendemain. Pris de court Man Ray aurait improvisé une technique nouvelle proposée par Tzara : impressionner directement la pellicule vierge, ce qu’il fit en la parsemant de sel, poivre, punaises, ressorts etc. Il ajouta des plans tournés précédemment, dont le buste nu de Kiki de Montparnasse. Or il semble bien que cette improvisation est à classer parmi les "plaisanteries dadaïstes". Mais le film fut longtemps oublié.

Bande-annonce