Le Cinematographe
Le Cinématographe
Le Cinematographe

CYCLE "SPORT ET CINÉMA"

du 19 janvier au 19 février 2019

Cycle "Sport et cinéma"



du 19 janvier au 19 février 2019
Le sport et le cinéma étaient faits pour se rencontrer. Tout comme le cinéma, le sport, réinventé par les anglais sous sa forme moderne, est apparu dans la deuxième moitié du XIXè et devient avec le XXe siècle un phénomène culturel mondial. Très vite, l’engouement pour les rencontres sportives témoigne du sens de la compétition caractéristique des sociétés capitalistes, mais aussi du besoin pour toutes les classes sociales de se retrouver autour de l’affrontement de leurs champions. Le sport est à la fois une pratique et un spectacle. Caractéristiques de l’aspiration de l’homme moderne au progrès, les grands rendez-vous sportifs permettent aussi l’auto-célébration d’une humanité qui repousse indéfiniment ses limites naturelles, le triomphe d’un homme toujours plus rapide, toujours plus fort, toujours plus performant. Tout comme le cinéma a ses stars, le sport a ses champions dont la vie et les exploits sont mis en scène par les médias. Le cinéma toujours en quête de figures héroïques et de destins hors du commun en tirera de multiples figures pour ses biopics, genre certainement le plus représenté dans le domaine du cinéma de sport. Mais quand le sport inspire au cinéma des portraits, ce n’est pas uniquement pour ses champions et leurs destins hors du commun, c’est aussi sous l’angle du regard intime, au plus près des enjeux qui se jouent dans la transformation d’un personnage par le sport, qu’ils soient sociaux, moraux, psychologiques, raciaux...

La diffusion du sport moderne dans la première moitié du siècle est aussi celle d’un spectacle d’un type nouveau dont la popularité n’aura d’égal que celle du cinéma. Si le spectacle est nouveau, ses ressorts dramatiques n’en sont pas moins classiques : unités de lieu, de temps et d’action, recette éprouvée pour tenir le public en haleine qui dans sa déclinaison sportive est particulièrement épurée et efficace. La dramaturgie sportive tient en grande partie à l’imprévisibilité des événements et du résultat, au suspense, autre point commun avec le septième art qui saura exploiter ce matériau dès lors qu’il mettra en scène des compétitions, des matchs, des combats. Mais si le spectateur de sport vibre devant les événements qui se jouent au présent, le spectateur de cinéma assiste au développement d’une histoire déjà écrite. Un film n’enregistre pas le présent :pour restituer un match ou un combat en temps réel, il doit inventer son temps et son espace pour créer sa propre dramaturgie et nous raconter une histoire. La mémoire du sport retient en priorité l’issue des matchs, les victoires et les vainqueurs, le cinéma s’intéresse à ce qui se joue avant.

A l’ère du sport télévisé on peut enfin s’interroger sur le point de vue propre du cinéma et sur son intérêt. En quoi le regard du cinéaste sur le sport est-il irréductible à tous les autres regards ? En bref, en quoi le cinéma est-il un art et pas seulement un média ? L’exemple des Jeux Olympiques est de ce point de vue éclairant. Jusqu’en 1972, chaque édition fait l’objet d’un film financé par le CIO (Comité International Olympique) et réalisé par des cinéastes, jusqu’à ce que la télévision prenne seule en charge la mise en image de ce rendez-vous des nations en privilégiant les stars, la compétition, les résultats et le direct, ce qui induit une autre forme de mise en scène. Les films sur les Jeux Olympiques, du moins les meilleurs, témoignent d’un regard décalé sur l’événement : l’attention aux corps, au mouvement, à la beauté du geste, la caméra tournée vers le public, vers des sportifs anonymes, l’intérêt pour les temps vides... Autant d’éclairages sur les angles morts laissés par les grands médias, éclairages qui marquent un retour au premier objet du cinéma, la fascination pour le corps en mouvement et qui délaissent la mise en récit systématique. Boxing Gym de Frederick Wiseman en est l’un des exemples les plus éclatants. Comment renouveler le film de boxe alors que tout semble déjà avoir été raconté et montré sur la boxe à l’écran ? C’est la magie des grands cinéastes que de rendre la réponse à ce type de question évidente.
Antoine Bourg

• • •

> Conférence d'Antoine Bourg
"Le sport, le cinéma et la télévision, question de regard"

Dimanche 20 janvier à 18:30 (entrée libre)

• • •

// Week-end d'ouverture du cycle • Samedi 19 et dimanche 20 janvier •

En plus de la conférence proposée par Antoine Bourg, le premier week-end du cycle sera consacré aux Jeux Olympiques : de Berlin en 1936 (Les Dieux du stade, dans sa version allemande et donc en 2 parties), d'Helsinki en 1952 (Un regard neuf sur Olympia 52 de Julien Faraut), de Tokyo en 1964 (Tokyo Olympiades de Kon Ichikawa) et de Munich en 1972 (Visions of Eight, film collectif). Attention, les films issus du fonds audiovisuel du CIO (1936, 1964, 1972) ne seront projetés qu'une seule fois.

Les Dieux du stade de Leni Riefenstahl
NUM, version restaurée

- - dimanche 20/01 14:00 (Partie 1) - - dimanche 20/01 16:30 (Partie 2)

Tokyo Olympiades de Kon Ichikawa
NUM, version restaurée

- - samedi 19/01 20:30

Un regard neuf sur Olympia 52 de Julien Faraut
NUM

- - samedi 19/01 18:30 - - mercredi 23/01 21:15 - - mercredi 30/01 18:30 (séance présentée par Julien Faraut)

Visions of Eight • Collectif
NUM, version restaurée

- - dimanche 20/01 20:30

• • •

A Scene at the Sea de Takeshi Kitano
NUM, version restaurée

- - lundi 4/02 16:30 - - jeudi 7/02 20:30 - - mardi 12/02 18:30

Ali de Michael Mann
35 mm

- - samedi 26/01 14:00 - - mardi 29/01 20:30 - - jeudi 31/01 16:45


Boxing Gym de Frederick Wiseman
NUM

- - lundi 28/01 21:00 * - - dimanche 3/02 16:30 - - mardi 5/02 18:30
* Séance Vidéodrome, suivie d'une analyse filmique et d'un débat proposés par Antoine Bourg

Breaking Away de Peter Yates
à partir de 10 ans
NUM, version restaurée

- - samedi 26/01 19:00 - - mercredi 30/01 16:30 - - dimanche 3/02 20:30 - - jeudi 7/02 18:30 - - dimanche 10/02 18:30

Cassandro, the exotico ! de Marie Losier
NUM

- - vendredi 8/02 19:00 - - mardi 12/02 20:30 * - - samedi 16/02 19:00
* Séance présentée par Nicolas Thévenin, directeur de publication de la revue Répliques et membre de la commission de programmation.

Coup de tête de Jean-Jacques Annaud
NUM, version restaurée

- - dimanche 27/01 16:30 - - samedi 2/02 21:30 - - lundi 4/02 18:30

L'Empire de la perfection de Julien Faraut •
NUM

- - mercredi 30/01 20:30 * - - dimanche 3/02 14:30 - - samedi 9/02 19:00
* Mercredi 30/01 à 20:30 : suivi d'une rencontre avec le réalisateur Julien Faraut


The Endless Summer de Bruce Brown
NUM, version restaurée

- - vendredi 1/02 18:30 - - vendredi 8/02 17:00 - - lundi 11/02 20:30

L'Enfer du dimanche de Oliver Stone
35 mm

- - dimanche 27/01 20:00 - - mardi 29/01 17:45 - - samedi 2/02 14:00

Foxcatcher de Bennett Miller
NUM

- - samedi 9/02 14:15 - - dimanche 10/02 20:30 - - mardi 19/02 18:15

La Grande extase du sculpteur sur bois Steiner
précédé de Gasherbrum, la montagne lumineuse de Werner Herzog
NUM

- - lundi 11/02 16:30 - - samedi 16/02 15:00 - - mardi 19/02 20:45

Hors jeu de Jafar Panahi
NUM

- - mercredi 23/01 14:30 - - samedi 26/01 17:00 - - mardi 5/02 20:30

Mercenaire de Sacha Wolff
NUM

- - vendredi 25/01 16:30 - - dimanche 27/01 14:30 - - dimanche 3/02 18:30

Le Prix d'un homme de Lindsay Anderson
35 mm

- - mercredi 23/01 16:30 - - lundi 28/01 16:30 - - samedi 2/02 19:00

La Solitude du coureur de fond de Tony Richardson
NUM, version restaurée

- - lundi 21/01 16:30 - - vendredi 25/01 20:45 - - lundi 28/01 19:00

Sportif par amour de Buster Keaton et James Wong Horne
à partir de 6 ans
NUM, version restaurée

- - samedi 19/01 15:00 - - lundi 21/01 18:30

The Wrestler de Darren Aronofsky
35 mm

- - mercredi 6/02 14:30 - - lundi 11/02 18:30 - - dimanche 17/02 20:30