Le Cinematographe
Le Cinématographe
Le Cinematographe

VOLUTES SURRÉALISTES

du 9 octobre au 18 novembre 2021

Volutes surréalistes



BALLET MÉCANIQUE
BALLET MÉCANIQUE
Rêve éveillé, nuit en plein jour, résurrecteur de vies inlassablement relancées, vampirique... Le cinéma avait assurément de quoi attirer les avant-gardistes de tous bords, fascinés par son pouvoir de féconder et matérialiser les imaginaires. Sa modernité suscite spéculations intellectuelles, réserves, polémiques mais chacun le pressent le cinéma, qui est en train de devenir un art (celui de la machine, de l’industrie, du mouvement, du rythme et des masses) ouvre la voie à de recherches plastiques incalculables et opère un bouleversement sans précédent de la notion de réalisme. Ainsi au cours des années 1920, jeune adulte sans tradition dont l’enfance a été vécu comme un accéléré, il sera en plus, tout à la fois et distinctement, révolutionnaire, expressionniste, impressionniste, dada, surréaliste. Les recherches esthétiques et littéraires d’Aragon seront innervées par sa cinéphilie, Breton a comme Desnos (et Léger) l’âge du cinéma et se plait à voir dans les gags, les courses-poursuites et les saccades du montage un sorte de prodigieux rêve animé ("le seul mystère absolument moderne" dit-il). Desnos écrira entre 1923 et 1930 plus de quatre-vingt textes sur le cinéma… C’est l’art moderne qui accourt au cinéma explore sa plasticité jusqu’à en hystériser les manières et les effets. À la fois œuvres et témoignages de ses expérimentations, une petite quinzaine de films signés Fernand Léger, Germaine Dulac, Man Ray, Jean Cocteau, Buñuel et Dali ou René Clair nous raconte depuis le prisme dada/surréaliste un âge du cinéma. La suite de l’histoire, celle des liens entre cinéma et surréalisme est bien plus diffuse, irrégulière, intempestive, et c’est en traquant un état d’esprit, une intention, un signe, une réminiscence que ce programme a la tentation de retrouver ailleurs, autrement et dans une sorte de différé la possibilité d’une hypothétique exposition surréaliste du cinéma. - Jérôme Baron

// Programmes de courts métrages

Entr'acte | Paris qui dort de René Clair
NUM, version restaurée

- - samedi 9/10 14:45 - - lundi 18/10 21:00

Emak-Bakia | L'Étoile de mer | Les Mystères du château du dé de Man Ray
35 mm et 16 mm

Lundi 11 octobre à 21:00 • programme présenté par Jérôme Baron

Ballet Mécanique de Fernand Léger + La Coquille et le clergyman de Germaine Dulac
NUM, version restaurée

Mercredi 10 novembre à 21:00 • programme présenté par Jérôme Baron

// Longs métrages

L'Aventure de Mme Muir de Joseph L. Mankiewicz
NUM, version restaurée

- - lundi 1/11 21:00 - - lundi 15/11 18:00 - - mercredi 17/11 14:00

Cet obscur objet du désir de Luis Buñuel
NUM, version restaurée

- - samedi 9/10 21:00 - - lundi 11/10 18:30 - - samedi 16/10 13:45- - mardi 19/10 20:30

La Danza de la realidad d'Alejandro Jodorowsky
NUM

- - dimanche 24/10 15:30 - - mardi 26/10 18:00 - - dimanche 31/10 20:30

Le Film est déjà commencé ? de Maurice Lemaître
NUM, version restaurée

- - mercredi 3/11 21:00

Huit et demi de Federico Fellini
NUM, version restaurée

- - jeudi 21/10 16:15 - - samedi 23/10 20:45 - - vendredi 29/10 21:00

Lost Highway de David Lynch
35 mm

- - jeudi 4/11 20:30 * - - mercredi 10/11 18:00 - - samedi 13/11 14:00
* précédé de Le Retour à la raison de Man Ray

Pandora d'Albert Lewin
NUM, version restaurée


- - jeudi 28/10 20:30 - - lundi 31/10 15:30 - - mardi 2/11 18:15 - - jeudi 4/11 17:45 - - dimanche 7/11 15:45

Trois vies et une seule mort de Raoul Ruiz
NUM, version restaurée

- - samedi 6/11 13:15 - - dimanche 14/11 20:45

La Voie lactée de Luis Buñuel
NUM, version restaurée

- - vendredi 12/11 16:00 - - lundi 15/11 16:00 - - jeudi 18/11 21:00